Archive for the ‘Résistances’ Category

Nucléaire non merci !

14 mars 2011

Publicités

Zélium

13 février 2011

Contre Grenelle 3 : Décroissance ou barbarie

25 janvier 2011

Contre Grenelle 3 « Décroissance ou barbarie » Le 2 avril 2011 à Vaulx-en-Velin

L’humanité se trouve dans l’impasse ; tout le monde comprend bien que la croissance infinie nous a conduit dans le mur. La question n’est pas seulement écologique puisque l’humain comme la société ont besoin de limites. Certes les objecteurs de croissance entendent préserver la Terre mais l’humanité est la première de leur préoccupation. Sacrifier ce qu’il y a d’humain en nous pour sauver la planète non seulement ne nous intéresse pas mais surtout nous combattons ceux qui pensent que la fin justifie les moyens.

Nous savons que tout productivisme bleu, orange, rose, rouge ou vert ne peut qu’engendrer la barbarie. L’alternative n’est donc pas entre le développement durable et son dernier faux-nez la « prospérité sans croissance » ; l’alternative est entre décroissance ou barbarie. Nous devons donc à la fois comprendre la barbarie qui vient et être capables d’imaginer et d’organiser des alternatives.

Ce troisième contre-Grenelle laissera la place à des penseurs provenant de diverses disciplines car nous avons besoin de comprendre que les différente facettes de la crise ont pour origine un même système.

Ce troisième Contre-Grenelle ne s’enfermera pas dans les ornières de nos adversaires mais ouvrira sur d’autres horizons. Nous ne guérirons pas avec le poison qui nous a rendu malade. Nous devons renouveler nos façons de penser, de sentir et d’agir ; penser en dehors de la boîte. Les deux premiers Contre-Grenelle ont su dévoiler la manipulation de Nicolas Sarkozy et de ceux qui lui ont apporté leur soutien.

Ce troisième Contre-Grenelle permettra de voir loin pour être capable de penser les grandes mutations en cours et de leur opposer une autre façon de faire société. L’objectif est de rompre avec la domination continue des uns sur les autres et de tous sur la planète. La survie ne nous intéresse pas : nous voulons la joie de vivre et le partage d’autres richesses. Notre décroissance en effet n’est pas une décroissance « faute de mieux » comme commencent à le développer ceux qui hier ont promu la croissance.

Notre décroissance est un appel à la vie.

http://www.contre-grenelle.org

Action massive contre les écrans publicitaires espions de la RATP

25 novembre 2010

Mercredi 24 novembre 2010 – 23h00

En début de soirée, plusieurs groupes de personnes sont descendus dans les couloirs du métro parisien pour dénoncer l’installation des nouveaux écrans publicitaires espions ACL (Automatique à Cristaux Liquides, LCD en anglais) par la RATP et sa régie publicitaire Métrobus.

A l’aide de marqueurs, bombes de peinture aérosol et autocollants, ils ont méthodiquement apposé leurs messages sur les dispositifs incriminés pour alerter les usagers des dangers et nuisances que représentent ces écrans.

Un tiers des panneaux Numériflash actuellement en fonctionnement dans les couloirs du métro ont été atteints. Au total, 118 panneaux ont été touchés dans 16 stations (Chatelet, Gare de Lyon, Villiers, Gare Saint Lazare, Gare de l’Est, Nation, Auber, République, Grands Boulevards, Gare Montparnasse, Saint François Xavier, Miromesnil, Gare d’Austerlitz, Place d’Italie, Denfert-Rochereau et Port-Royal).

Selon Robert Johnson, porte-parole du collectif, « cette action vise à dénoncer les dangers démocratique, environnemental et social que représentent les nouveaux écrans publicitaires. Face à l’incurie de nos dirigeants et au mépris de la RATP qui bafoue son rôle de service public, il est légitime que des individus se révoltent et alertent les usagers des transports en commun face à cette nouvelle menace. »

Pour Norbert, activiste présent ce soir, « cela a été une magnifique action. J’ai été ravi de voir à quel point les personnes que nous avons croisées comprennent ce que nous faisons et nous félicitent. Ces encouragements ne font que renforcer ma conviction que nous agissons en phase avec l’opinion publique et dans le sens de l’intérêt collectif. Lorsqu’on leurs explique que des caméras installées dans les panneaux nous analysent en temps réel et permettent de déterminer notre sexe ou notre âge pour mieux cibler les publicités diffusées, ils sont autant scandalisés que moi. Nous ne sommes pas des rats de laboratoire ! ».

Ceci n’est qu’un début … A bientôt !

Dossier de presse complet, regroupant motivations et explications, disponible sur le site internet : http://www.danger-ecranpub.tk

David Sterboul

16 novembre 2009

David Sterboul est mort le 15 novembre 2009… C’est très con…

Je n’ai plus que mes images à regarder, avec ses amis autour. J’ai encore en moi le son de sa voix, sa présence physique, son regard… J’essaie de me souvenir de tous les instants passés ensemble comme si tout allait s’effacer d’un seul coup. La peur de tout perdre, encore, fait paniquer.

Je ne sais pas pleurer mais j’ai la gorge serrée, j’aimerai savoir… savoir pourquoi… savoir ce qu’on aurait pu faire… savoir…

_PEW0680

_PEW1321

_PEW2390

_PEW8793

_PEW9272

_PEW9320

DSC_6668

DSC_7667

DSC_8460

Assez de pub à Radio France !

31 octobre 2007

Pétition : « Assez de pub à Radio France ! » (CGT – CFDT – CFTC – SDJ – SUD – SNJ – SJA-FO)

Une pétition de l’intersyndicale de Radio France contre les publicités commerciales (Acrimed).

Assez de pub à Radio France

Le PDG de Radio France Jean Paul Cluzel et la Ministre de la Culture Christine Albanel envisagent, pour des questions budgétaires, d’autoriser les chaînes de Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Le Mouv, Fip, France Bleu) à diffuser de la publicité de marque.

Quoi qu’en disent les intéressés, et quelles que soient les assurances qu’ils donnent, cette décision enclencherait, comme jadis à la télévision, un mouvement irréversible. Ce mouvement conduirait, à moyen terme, à la destruction de l’identité même des stations de Radio France.

Cela permettrait au gouvernement d’accélérer son processus de désengagement de l’audiovisuel public.

Parce que nous, professionnels de Radio France, sommes fiers d’appartenir à des radios différentes, et parce que nous, auditeurs, sommes attachés au maintien de cette différence, nous disons :

ASSEZ DE PUB A RADIO FRANCE !

La suite sur ACRIMED

Volem rien foutre al païs

20 mars 2007

Volem rien foutre al païs
Un film de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe.

Le film ouvre sur une intervention (soviétique) de Pompidou à la télévision nous expliquant ce qu’est le libéralisme et pourquoi la France doit indiscutablement s’engager dans cette voie. Un discours que les libéraux d’aujourd’hui n’oseraient même pas tenir tant il est cru. Et comme si ça n’était pas assez clair, le montage cut, nous balance un extrait de pub dans laquelle le patron gifle ses employés pour les endurcir : nous sommes en guerre, en guerre économique.

Le début du film va ainsi procéder par de courtes séquences d’absurdités quotidiennes (grève, infos télé, tentative d’interview de Kesler, visite à l’ANPE…) entres lesquelles vont s’insérer une autre vision du monde (auto-construction en paille, installation de panneaux solaires, toilettes sèches…).

Ces extraits de vie négatifs ne nous choquent pas tellement tant nous y sommes habitués c’est leur accumulation qui nous amène au dégoût. Un peu comme si on s’habituait à voir des cadavres dans les rues mais pas encore les charniers.

Le film cherche alors, doucement, des pistes simples qui peuvent sembler radicales au premier abord tant elles s’éloignent du système dominant.

L’auto-construction, l’autonomie de production alimentaire, l’autonomie énergétique, autonomie des savoir… travers les expérimentations de différents groupes. Mais sans donner de leçon. Chacun les découvre à son rythme, en fonction de sa propre histoire, de ce qu’il est prêt à faire comme chemin et du sens qu’il (re)trouve à sa vie.

Du coup, on échappe assez vite à l’éternel critique «Oui mais si vous êtes contre le nucléaire, vous retournez à la bougie ?» : non, on commence par réfléchir à nos besoins, on met des panneaux solaires quand c’est possible. On ne s’oblige pas à la pureté, on ne quitte pas un monde normatif pour un autre.

L’immense mérite du film est de donner des pistes et de montrer des possibles. Parce que nous faisons tous parti du système que nous critiquons, il nous démontre que nos marges de manoeuvre sont bien plus importantes que l’on ne croirait. Ce fait est assez difficile à penser car il ne s’agit pas de revenir à un âge d’or mais d’inventer autre chose. Il n’a jamais été question de quitter la société, de s’en passer, mais bien au contraire, de permettre à d’avantage de personnes d’y avoir une place. Simplement le système actuel semble tellement verrouillé que certaines prises de consciences ne peuvent mener qu’à des ruptures.

Il dépasse aussi le premier niveau de critique du système. A travers le groupe espagnol à «dinero gratis» qui prend le vol pour comme moyen d’accès à la consommation. Il en démontre rapidement les limite, voler des fringues de marque à la mode ne remet rien en cause profondément, on reste dans le système de sur-consommation. Tout cela réduirait les revendications au pouvoir d’achat.
Mais il pose aussi la question de l’utilisation des allocations chômage, du RMI, d’un revenu d’existence, de la protection sociale de certaines communautés.

Bref, ce film foisonne d’exemples en tout genre, de pistes de réflexions brouillonnes et hésitantes, d’actions concrètes et expérimentales, il redonne envie de vivre en société. Il nous rappel que l’homme n’est jamais satisfait et que finalement il reste encore beaucoup d’aventures à mener même si le film se referme de nouveau sur une claque comme pour nous dire : demandons l’impossible mais soyons réaliste.

Le site du film