Archive for décembre 2009

Beau comme la fin du monde

15 décembre 2009

On sait qu’on va droit dans le mur, les savants en toutes disciplines n’arrêtent pas de tirer les sonnettes d’alarmes à tout va. Climat, biodiversité, agronomie, géologie, démocratie…

Seulement voilà, personnes ne veut lâcher ses petits privilèges minables… On veut encore une dernière fois profiter de la promotion pour aller passer ses vacances en avion sur une île avant qu’elle ne disparaisse, une dernière fraise en hiver avant que l’été ne revienne, un dernier gadget avant qu’il ne soit obsolète…

Alors on implore la Nature que l’on ne cesse de détruire de venir se venger, de faire le grand ménage, le sale boulot à notre place. Tel un Père psychanalytique qui viendrait enfin nous poser la limite qu’on n’arrive pas à se poser soi-même. Il viendrait même nous punir de nos excès, de nos passions tristes, déclencher un nouveau déluge, faire de notre passé et de notre présent table rase pour repartir sur de bonnes bases.

Une multitudes de films font ainsi leur apparition sur le mode spectaculaire car parler sérieusement de ces choses là ne se fait pas. On ne veut pas passé pour paranoïaque, dépressif, catastrophiste, voir même, écologiste.

Le libéralisme à réussi à nous formater en excitant au maximum en chacun de nous les instincts que nous avons tous en commun afin que nous adoptions des comportements de masse.

Ainsi quand un décroissant vient nous expliquer qu’il prend son vélo, qu’il mange bio en se fournissant dans une AMAP, qu’il mange peu de viande, qu’il ne lit pas la presse publicitaire… Il nous emmerde ! Il nous dit qu’on pourrait peut être agir individuellement pour recréer du collectif, qu’on pourrait reprendre une part de notre liberté que nous avons abandonnée pour ne plus penser… Parce qu’en plus, il n’a même pas de véritable solution, il ne fait « qu’expérimenter », il « essai », il « cherche »… Comme si on avait que ça à faire de vivre, on est là avant tout pour produire, non ?

On ne s’en sortira que par la masse, par un raz de marée qui effacera tout. Comme au loto. On s’en sortira si on continue à jouer le jeu, le jeu des grands rassemblements de dirigeants qui vont « sauver la terre », qui vont « éradiquer la misère », qui vont « éduquer tous les enfant », qui vont faire « baisser la mortalité sur les routes », qui vont « arrêter tous les pédophiles », qui vont « renvoyer tous les étrangers chez eux »… car tout ça ce sera toujours mieux que la vraie fin du monde non ?

Publicités

Du manque d’imagination du monde politique actuel

8 décembre 2009

Aveu d’échec monumental de 4 mètres par 3…
Ceux qui nous gouvernent sont à court d’imagination, incapables de penser le monde qui vient, ils se cramponnent encore et toujours en organisant le monde en deux blocs stupides. Ils veulent nous maintenir soit dans une attitude d’assisté, eux les grands seigneurs à qui nous devrions tant, soit en détruisant tout ce qui nous permet encore quelques zones d’autonomies (santé, éducation, culture, transports…) qui nous serait plus que jamais nécessaire pour nous en sortir par nous même, c’est à dire en grandissant et non pas en détruisant.

Ainsi, il n’y a plus d’emploi, plus de richesse, la seule solution proposée, ici, est de tirer la couverture à soi en « attirant l’emploi ». Seulement voilà, outre le fait d’aller piller les régions voisines on utilisera une méthode très ancienne, l’aimant, dont on sait bien qu’il n’attire pas les métaux les plus précieux.

Toujours plus de casseroles, de tôles, de marchandises de pacotille jusqu’à l’écœurement pour transformer l’espace en centre commercial, en décharge de matières divers, d’idées surfaites, de clichés médiatiques et de vies humaines brisées.