Processus de destruction culturel

C’est pas évident de détruire une culture culinaire dans un pays comme la France. Mais ce processus n’est pas propre à notre seul pays.

On sait bien que les bonnes choses s’élaborent lentement, qu’il faut du temps pour les réaliser et aussi pour les transmettre. C’est sans doute pour ça que la production de livres de cuisine est toujours aussi prolixe. On passe moins de temps en famille, il faut donc trouver de nouvelle manière d’acquérir ces savoirs.

Dans l’imagerie populaire, la grand mère est la personne qui opère cette transmission. Elle est à la retraite et a donc du temps, elle a du recul sur la vie, détachée des futilités  de la mode, elle peut se consacrer aux vraies valeurs, cette multitude de petits plaisirs qui font toute la saveur de la vie.
Les seul problème aujourd’hui qui compte pour un publicitaire et son commanditaire est comment pourrait-on casser cette tradition pour tirer un max de fric de la nouvelle situation ?

Il faut donc commencer par rassurer « comme Mamie » et conforter et produit, le goût ne va pas changer, ce sera aussi bon. Puis ensuite dénigrer lourdement « sans Mamie » et ses manies stupides de pincer les joues à la limite de la maltraitance. Il faut faire croire que l’on peut remplacer l’humain avec toutes ses imperfections par une chaine de production alimentaire industrielle parfaite à coup d’OGM, d’ajout de conservateurs, d’irradiation des aliments et… d’agents de saveurs !

Ce n’est pas sur la qualité du produit, les frittes de Mamie ou la supériorité du nouveau, un meilleur goût, que le publicitaire attaque mais sur le médiateur de l’existence même du produit. Il faut déstabiliser le rapport humain sur lequel se fonde toute culture pour le remplacer par un rapport marchand. Il faut déconnecter le plaisir de manger avec l’histoire de l’individu (la personne qui vous a fait découvrir ce plat, chez qui vous aviez l’habitude de le manger, la période pendant laquelle vous y aviez accès (les weekend à la campagne, les vacances…)…) bref un mélange affectif de votre vie personnelle avec la culture d’une société transmise par un membre de votre famille vous ayant précédé. Le publicitaire ne veut garder que le plaisir pour en faire une pulsion. Vous n’êtes plus alors qu’un consommateur doté d’un estomac qu’il faut satisfaire.

On pourrait craindre que les frittes chimiques n’avaient pas tout à fait le même goût, ce qui est évident puisque désormais qu’importe la saison ou la pomme de terre utilisé ou le pays où sont vendu les frittes : elles ont justement toujours le même goût ! En fait, c’est sans importance, le lien de transmission ayant été rompu, le goût sera perdu et remplacé par celui de la marque. Il suffira de refaire, de temps en temps, une nouvelle campagne publicitaire et annoncer un nouveau goût pour relancer l’intérêt et les ventes du produit.

Les cultures de chaque pays basculent ainsi dans l’homogénéisation globale de produits uniques à l’arrière goût de marchandise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s