Archive for décembre 2007

What Would Jesus Buy ?

20 décembre 2007

jesusbuy.jpeg

What Would Jesus Buy ? un film de Morgan Spurlock avec le Reverend Billy.

Brouilleur de perception

15 décembre 2007

L’ennuie avec les mondes virtuels qu’on nous vend en continue c’est que si vous coupez le courant il n’y plus rien.

mobildebil.jpg

Pourtant ils s’en donnent de la peine : surf, chat, texto, musique, téléphone… dans le même appareil et pourquoi ? Pour une conversation qui a dû demander des semaines de réflexions aux pubards, accrochez-vous !

Vincent : Salut, comment vas-tu ?
Hélène : Bien et toi ?
Vincent : En pleine forme
Hélène : C’est super

Voilà. Voilà toute la vacuité de ce monde numérique où l’objet marchand doit absolument être acheté même s’il n’a pas d’utilité. Où la multiplicité des fonctions sert à remplir de vide de leur usages. Mais pour vendre du vide il faut aussi masquer la vraie vie, comme sur l’affiche où le paysage se brouille et se dédouble, où des écrans tentent maladroitement et de manière désordonnée de l’occulter.

Le calibrage électronique de nos vie est triste à mourir : coupons le courant !

Disparaitre pour exister ?

14 décembre 2007

 « Quelle vue magnifique » s’exclament en coeur le technocrate et le publicitaire. Toute la poésie du monde finie par tenir dans ce petit boitier où sont numérisées toutres les cartes routières de la planète.

geolocalisation31.jpg

La carte fait désormais le payasage, le virtuel fait le réel. Normé, calibré, réduit à des lignes de code, la vie est alors acceptable car prévisible, transparente, référencée… Désormais ce qui n’est pas vituel n’est pas réel, n’existe pas.La croyance dans le virtuel est tel que les conducteurs ne veulent plus voir le réel. L’itinéraire proposé par la machine leur dit d’aller par là ? Ils y vont et qu’importe s’ils quittent la route pour un chemin de terre ! Faut-il s’engouffrer dans cette rue trop étroite ? Ils s’y encastrent allègrement en tentant désespérément de faire se superposer la carte et le paysage, avant de s’effondrer en larme !

C’est ainsi que plusieurs villages de Grande-Bretagne ont exigé de ne plus figurer sur ces cartes électroniques. Ils ont demandé à quitter le virtuel pour continuer d’exister pour de vrai.

Souriez, vous êtes normé !

5 décembre 2007

Un appareil photo qui détecte les sourires. Merveille de la technologie ! Le rêve, la sécurité, la normalité absolue, même en vacances à l’étranger, enfin à la portée de tous…

smilecan.jpg

Ils sont tous sympathiques, le charme des pays lointain contaminé par l’occidentalisme. Ils sont tous là : les hommes, même arabes ont de bonnes têtes; les femmes, à la peau pas trop foncé ont toutes des gros seins et pas une seule n’est voilée; les retraités profitent de la vie grâce aux fonds de pension, ceux qui asphyxient votre entreprise; deux enfants fraternisent grâce au foot; les filles sont dans des activités passives (bronzage, commérage, en attente de vos propositions libidinales…) pendant que les hommes montrent qu’ils sont forts (sport, commerce, prêt à devenir vos amis pour la vie autour d’une bière…); pas de noir, pas d’asiatique.
La réconciliation planétaire grâce à la technologie, bref, la vie parfaite.

Parfaite et validée par la technologie qui vous garantie le sourire avant de vous garantir aussi qu’il ne se glisse pas dans le groupe une personne qui ne croirait pas dans les valeurs merveilleuses du capitalisme.

Mais tous ces sourires qui se veulent rassurants finissent par créer une sorte de malaise… Tous ces sourires ne seraient-ils pas là pour masquer autre chose ? Ne serait-on pas finalement devant les adeptes béat d’une secte ? A-t-on encore affaire à des être humains ?

Oui suis-je ?

1 décembre 2007

J’ai rendez-vous avec ma vie. Quand on énonce cette phrase on image que l’on a rendez-vous avec une personne qui est « notre vie », qui représente ce que l’on pense que sera désormais notre vie avec cette rencontre. C’est un rendez-vous qui ouvre vers l’extérieur, qui ne dit pas vraiment ce qui va se passer, qui ne garantie pas une réussite ou un échec, juste une l’ouverture vers des possible dans laquelle on a décidé de s’engouffrer totalement. 

vienum.jpg

Cette femme enceinte nous dit avoir rendez-vous avec l’amour. Pourtant l’amour, elle a dû déjà l’avoir rencontré (son compagnon) et vu son état, elle en serait même habité (son enfant). Sa vie réelle ne semble pas lui suffire, il lui faut d’avantage, il lui faut la mise en spectacle de celui qu’elle porte par l’échographie.

L’échographie est un acte médical qui sert en principe à évaluer les étapes de développement d’un fétus. Le médecin va donc observer l’enfant sous toutes les coutures pour annoncer que « tout va bien » ou qu’il lui manque un rein, qu’il est trisomique ou qu’il ne sera pas viable…

Mais on ne peut accepter que la technologie nous trahisse. Elle qui représente le progrès, la certitude d’un monde meilleur plein de sécurité, ne peut pas être qu’un acte froid. Il faut une mise ne scène : on va alors détourner cette consultation en un moment de révélation et de validation de l’existence de l’enfant grâce à l’écran vidéo.

L’enfant n’existe pas parce que sa mère le sens bouger et que son père voit le vendre onduler, l’enfant existe parce qu’il est passé à la télé. Désormais, la preuve est médiatique et l’existence est numérique. Et on peut rejouer la scène si elle est ratée ?