Archive for octobre 2007

Assez de pub à Radio France !

31 octobre 2007

Pétition : « Assez de pub à Radio France ! » (CGT – CFDT – CFTC – SDJ – SUD – SNJ – SJA-FO)

Une pétition de l’intersyndicale de Radio France contre les publicités commerciales (Acrimed).

Assez de pub à Radio France

Le PDG de Radio France Jean Paul Cluzel et la Ministre de la Culture Christine Albanel envisagent, pour des questions budgétaires, d’autoriser les chaînes de Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Le Mouv, Fip, France Bleu) à diffuser de la publicité de marque.

Quoi qu’en disent les intéressés, et quelles que soient les assurances qu’ils donnent, cette décision enclencherait, comme jadis à la télévision, un mouvement irréversible. Ce mouvement conduirait, à moyen terme, à la destruction de l’identité même des stations de Radio France.

Cela permettrait au gouvernement d’accélérer son processus de désengagement de l’audiovisuel public.

Parce que nous, professionnels de Radio France, sommes fiers d’appartenir à des radios différentes, et parce que nous, auditeurs, sommes attachés au maintien de cette différence, nous disons :

ASSEZ DE PUB A RADIO FRANCE !

La suite sur ACRIMED

Publicités

Marchandise, transparence, sécurité…

30 octobre 2007

Les liens entre les individus dans une société qui se pense au sommet de son développement historique et technologique ne peuvent plus passer que par l’argent.

oragne20.jpg

Il n’y a plus de conflit, l’espace urbain est celui de la civilisation, loin de la nature sauvage. Si elle a, malgré tout, une petite place, c’est pour la déco, pour que l’on se sente bien mais elle demeure sous contrôle. (parc paysagé entretenu, herbe tondue, arbres qui ne peuvent pousser que plantés par les hommes…).

Un type vient de faire son footing, il est essoufflé, il aurait bien besoin d’un peu d’eau pour se désaltérer. Et là, tout à coup, TOUTES les autres personnes présentent dans le parc lui tendent une bouteille sans qu’il en éprouve le moindre étonnement.

La croyance dans la toute puissance de la technologie.
Une fois que nous seront tous connecté les uns aux autres, une fois que nous aurons tous abdiqué notre intimité, la méfiance n’aura plus lieu d’être. N’ayant plus d’intimité, nous n’aurons plus rien de nous à partager. Chacun peut lire dans nôtre âme et nous dans la leur. La confiance et la transparence sont totales car certifiées par le réseau. L’insécurité a disparue. Il n’y a plus de solitude, tout le monde est relié en temps réel et l’interaction est permanente.

Ces utilisations de la technologie que l’on nous proposent, ne peuvent fonctionner que dans un éloignement de la nature, dans une marchandisation toujours plus grande du monde.

Dans cette société technologique sécuritaire et de contrôle, l’échange ne peut plus être que marchand. Si le don reste malgré tout encore possible, c’est à la condition de ne pas remette en cause les fondements du commerce. Ainsi on ne peut donner à boire que de l’eau acheté. Il n’y a évidement plus de fontaine en libre service. Le don est transformé en un sous-produit du système grâce à la confusion introduite par l’idéologie publicitaire de la gratuité. Il n’y a donc plus don, puisqu’il n’y a plus rien à partager de soi mais simplement gratuité d’un geste payé à un autre moment.

Le jour où vous ne pouvez plus acheter de l’eau et payer votre forfait de connexion (internet, téléphone portable, borne wifi…), vous ne pouvez plus faire partie de cette société, vous ne capter plus rien et plus personne ne vous capte, vous perdez de votre transparence, vous n’êtes plus certifié par le réseau, vous basculez dans l’ombre, et devenez alors une menace… à éliminer.

Soulwax

26 octobre 2007