Archive for juin 2007

Les loups sont entrés dans Paris

18 juin 2007

La fin du monde est arrivée mais ils n’en ont rien dit à la télévision.

pubmetmin2.jpg

Le quartier est très calme, le camion de plusieurs tonnes a pu se garer sans problème. Tous les petits commerces ont fermé, il ne reste que des appartements bourgeois et des bureaux aux vitres fumées.

Le rêve des hypermarchés s’est enfin réalisé, ils ont désormais le monopole absolu et définitif sur la distribution alimentaire. Les hypers aux portes de Paris pour les quartiers populaires ou en pleins champs en province et les livraisons à domicile pour les citadins des classes supérieures.

Du coup, un simple manutentionnaire suffit à approvisionner tout le quartier. Un seul individu, pas de risque de grève, de syndicat, ps de perte de temps en discussions devant la machine à café, de drague à la cantine…

Il est triste à l’image du quartier, les client absent se font livrer automatiquement pendant leur qu’ils voyagent en compagnies low-cost à l’autre bout du monde où la vie est merveilleuse sur les plages de sable fin, la chambre au 37ème étage avec vue imprenable sur la favela d’en face, le restaurant climatisé et les spectacles musicaux des autochtones si tipico !

En fait, ce pourrait être la fin du monde, rien ne changerait, personne ne le lui aurait dit.

Supprimer la marchandise et ce monde s’effondre !

Publicités

Eduquer soit-même ses enfants, c’est nul !

15 juin 2007

Pathétique, il essayait bien de la faire rire un peu en faisant le clown avec sa tête à la Pierre Richard…

pubmetmin3.jpg

Mais le contact entre eux est coupé depuis longtemps. Elle est devenue autiste avec son baladeur musical constamment sur les oreilles. Elle est pourtant d’un âge où l’on rit encore de presque rien où ce qui compte est avant tout le moment partagé.

En fait, elle est déjà vieille, blasée. Elle est déjà ado avant d’être pré-ado alors que lui n’est même plus un adulescent mais un enfant… Le retournement des valeurs est une pratique habituelle dans la publicité, elle permet de brouiller les repères, dynamiter les hiérarchies, détruire la culture et l’éducation.

Le monde que nous propose les publicitaires est totalement désenchanté. Elle va régulièrement « bouffer » dans les fast-food, son embonpoint, préoccupant à cet âge là, nous l’atteste. Le tas de légumes sur la tables ajoute à sa prochaine dépression. Alors effectivement pourquoi ne pas continuer, au point où nous en sommes et confier à la télévision la garde et l’éducation de cette enfant ?

La télévision, le monde virtuel où les parents sont super chouettes, la marchandise reine, les désirs des ordres et le système unique et libéral.